Coopération entre les cantons

Depuis quelques années déjà, les cantons coopèrent dans le cadre de concordats intercantonaux.

La convention sur les engagements de police intercantonaux du 6 avril 2006 (Convention IKAPOL) est l'une des principales conventions intercantonales. Conformément à cette convention, un canton peut requérir l'appui de forces de police supplémentaires relevant d'autres concordats s'il doit assurer la sécurité d'un événement qui dépasse ses propres capacités, celles de ses cantons voisins ou encore des autres cantons de son propre concordat. Les cantons peuvent aussi recourir au groupe de travail "Opérations" en cas d'événements particulièrement importants et planifiables. Au niveau politique, les autorités cantonales responsables sont actives au sein du groupe de travail CPI (Coopération policière intercantonale lors d'événements extraordinaires).

Par ailleurs, les cantons et la Confédération s'attachent actuellement à harmoniser leurs systèmes informatiques de police. Les nouvelles applications seront acquises en commun et celles qui existent déjà seront progressivement harmonisées dans le but de tirer profit des synergies au niveau financier et au niveau du personnel.

Depuis 2003, le métier de policier est reconnu au niveau fédéral. Le concept global de formation pour la police suisse qui a été développé sur mandat de la CCDJP a permis de créer quatre centres de formation régionaux, destinés à remplacer les écoles de police cantonales. La formation répond dorénavant à une unité de doctrine. Le rôle que joue à cet égard l'Institut suisse de police (ISP) de Neuchâtel, une fondation créée en 1946, doit être renforcé. Par ailleurs, une attention particulière est accordée à la formation d'instructeurs de groupes d'intervention antiterroriste ainsi qu'à la lutte contre le trafic de stupéfiants et la criminalité économique.

Liens

vers le haut Dernière modification 02.03.2015