Fausse monnaie

Mots-clés: Fausse monnaie

Une enfant examine un billet de cinquante francs
Une enfant examine un billet de cinquante francs. (Photo: Keystone/Gaetan Bally)

En comparaison avec d'autres pays, la fausse monnaie est très rare en Suisse, parce que les billets de banque sont pratiquement impossibles à falsifier. Leur production se fait à l'aide des techniques les plus modernes et se situe à un niveau de pointe en comparaison internationale. Les billets falsifiés peuvent être détectés à l'œil nu grâce aux différents éléments de sécurité que comprennent les vraies coupures.

Si des pièces de monnaie ou des billets de banque suspects ou clairement falsifiés entrent en circulation, la police, les banques, la poste ou d'autres institutions les transmettent à fedpol, qui les examine et les répertorie si nécessaire. Une procédure est alors ouverte sous la conduite du Ministère public de la Confédération (MPC), parfois en concertation avec les cantons ou les services étrangers d'Interpol. Le taux de réussite est élevé: en Suisse, les faussaires actifs sont presque toujours démasqués. Au cours des dix dernières années, la moyenne annuelle des cas signalés au MPC se situait entre 150 et 400.

En 2018, près de 4025 communications relatives à de la fausse monnaie ont été transmises à fedpol – le chiffre le plus bas depuis 2009 où l'on dénombrait toutefois encore 5608 communications. Même le nombre de contrefaçons de toutes les devises a été en diminution constante depuis 2014, passant de 21 789 à 12 869 en 2018. En comparaison de l'année précédente, le nombre de contrefaçons de francs suisses a augmenté, passant de 6372 à 7712. Malgré cela, la valeur nominale qui équivalait à CHF 389 258 en 2017 s'est abaissée à CHF 240 700 en 2018. C'est, de loin, le billet de 100 francs qui a été le plus souvent falsifié, suivi du billet de 200 francs. Cependant, ce n'est pas le franc suisse qui constitue le montant de fausse monnaie le plus élevé en Suisse, mais les coupures d'euros saisies pour une valeur de € 339 135 en 2018.

Il n'y a pas de tranche d'âge ou de classe sociale type pour les faux monnayeurs. Leurs motifs sont aussi variés que leur profil, allant de l'envie de tenter de nouvelles expériences au manque d'argent. 

vers le haut Dernière modification 02.05.2019