Protection des témoins

Visage flouté d’un témoin derrière le microphone dans la salle d’audience
Visage flouté d’un témoin derrière le microphone dans la salle d’audience. (Photo: Keystone/Marcel Kusch)

Les témoins aident à mettre au jour et à poursuivre des infractions grâce aux informations et aux descriptions qu'ils fournissent. Ils jouent un rôle dont l'importance ne cesse de croître dans la procédure pénale. En effet, il est devenu de plus en plus difficile de poursuivre pénalement des auteurs d'infraction en usant des méthodes d'enquête traditionnelles. Cette situation est due à divers développements, comme de nouvelles possibilités technologiques, des réseaux de plus en plus ramifiés, une professionnalisation des groupes criminels internationaux et leurs moyens financiers.

Les autorités de poursuite pénale ont besoin des témoins. Dans le même temps, les témoins s'exposent à de possibles représailles suite à leurs déclarations et leur participation dans la poursuite pénale. Dans la grande criminalité, ces conséquences peuvent même se traduire par une menace sérieuse contre leur vie ou leur intégrité corporelle. C'est pourquoi les témoins doivent être protégés.

Normes internationales

Il revient à l'État de protéger toute personne qui participe à la procédure pénale de manière à soutenir sa volonté et sa capacité de déposer. La protection des témoins est un élément essentiel de la lutte contre la grande criminalité, le terrorisme et les organisations criminelles. Elle fait partie intégrante des normes internationales en matière de lutte contre le crime.

C'est en adhérant à la Convention du Conseil de l'Europe sur la lutte contre la traite d'êtres humains en 2013 que la Suisse a créé un service national de protection des témoins à fedpol.

vers le haut Dernière modification 12.03.2018