La conseillère fédérale Karin Keller-Sutter au Nigéria pour une visite de travail : dix ans d’un partenariat migratoire fructueux

Berne, 23.03.2021 - La Suisse et le Nigéria ont célébré, le 23 mars 2021, les dix ans du partenariat que les deux pays ont conclu dans le domaine des migrations. Lors d’une rencontre dans la capitale nigériane Abuja, la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter et le secrétaire d’État aux Affaires humanitaires Bashir Nura Alkali ont souligné le succès de la collaboration dans le domaine des migrations au cours de ces années, et discuté de projets d’avenir. Les partenariats migratoires sont un élément essentiel de la politique migratoire extérieure de la Suisse.

Comptant quelque 200 millions d’habitants, le Nigéria est le pays le plus peuplé d’Afrique. Il joue un rôle central en matière de migration, que ce soit comme pays d’origine ou comme pays de transit ou de destination. C’est le premier pays en Afrique avec lequel la Suisse a conclu un partenariat migratoire. Dans ce cadre, les deux États mènent depuis 2011 un dialogue migratoire régulier pour discuter des défis en la matière et adopter ensemble des mesures appropriées.

La visite de travail au Nigéria de la cheffe du Département fédéral de justice et police (DFJP) est l’occasion de faire le bilan des dix premières années de ce partenariat. À Abuja, la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter et des représentants du gouvernement nigérian et de différentes organisations non gouvernementales et internationales ont célébré les succès obtenus.

Recul des demandes d’asile et bon fonctionnement de la collaboration en vue du retour

Le partenariat migratoire avait été scellé en 2011 dans un contexte complexe. Le Nigéria était en 2010 le principal pays d’origine des requérants d’asile en Suisse et la collaboration dans le domaine des retours était compliquée. Depuis lors, les demandes d’asile ont nettement diminué : en 2020, la Suisse a enregistré 172 demandes de ressortissants nigérians, ce qui place le Nigéria en douzième position des principaux pays d’origine. La collaboration opérationnelle pour les retours s’est améliorée continuellement et peut aujourd’hui être qualifiée d’excellente.

Lutte contre la traite des êtres humains

Dans le cadre du partenariat migratoire, plus de 50 projets ont été mis en œuvre par différentes unités du DFJP et du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Les priorités des projets sont définies lors du dialogue migratoire annuel et répondent aux intérêts des deux parties. Si dans un premier temps, la coopération s’était focalisée sur la lutte contre le trafic de stupéfiants et le développement des capacités des autorités d’immigration du Nigéria, l’attention se tourne aujourd’hui davantage vers des projets de lutte contre la traite des êtres humains ou vers de nouvelles approches novatrices concernant la réintégration après un retour.

Pendant sa visite de travail, la conseillère fédérale a inauguré une exposition itinérante visant à sensibiliser la population nigériane aux dangers de la traite des êtres humains. À cette occasion, elle a souligné l’importance d’une coopération policière efficace pour détruire les réseaux et protéger le plus efficacement les victimes. L’idée de l'exposition a germé dans le cadre du partenariat migratoire et la réalisation est assurée par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). La traite des êtres humains est un problème grave au Nigéria, en particulier s’agissant de victimes contraintes à la prostitution en Europe.


Adresse pour l'envoi de questions

Service de communication DFJP, T +41 58 462 18 18, info@gs-ejpd.admin.ch
Twitter : @EJPD_DFJP_DFGP



Auteur

Département fédéral de justice et police
http://www.ejpd.admin.ch

Secrétariat d’Etat aux migrations
https://www.sem.admin.ch/sem/fr/home.html

Dernière modification 02.07.2020

Début de la page

S'abonner aux communiqués

https://www.fedpol.admin.ch/content/ejpd/fr/home/actualite/mm.msg-id-82809.html