Fabrication illégale d'explosifs à partir de précurseurs chimiques dangereux

L'attentat de mars 2016 à l'aéroport de Bruxelles a été commis à l'aide d'explosifs fabriqués avec des précurseurs
L'attentat de mars 2016 à l'aéroport de Bruxelles a été commis à l'aide d'explosifs fabriqués avec des précurseurs. (Photo: Keystone/Geert Vanden Wijngaert)

On les trouve dans des produits d'usage courant comme les engrais, les détergents pour piscine ou les herbicides: des substances chimiques comme le peroxyde d'hydrogène, l'acétone ou les nitrates, appelés "précurseurs d'explosifs". Récemment, de nombreux terroristes à motivation djihadiste ont utilisé de tels produits pour bricoler des charges explosives. Pour ce faire, nul besoin de laboratoire: une cuisine, une salle de bain ou un garage suffit. À Londres (2005), Paris (2015), Bruxelles (2016), Saint-Pétersbourg (2017) et Manchester (2017), des dizaines de personnes ont été tuées dans des attentats commis à l'aide de tels explosifs.

En 2014, l'UE a adopté un règlement déterminant comment les précurseurs d'explosifs peuvent être commercialisés et utilisés. La Suisse souhaite elle aussi réglementer la vente de produits chimiques dangereux pour réduire le risque d'attentat. Par ailleurs, il est important de veiller à ce que notre pays ne devienne pas un paradis du shopping pour terroristes.

Infos complémentaires

vers le haut Dernière modification 26.10.2017