Simonetta Sommaruga à la réunion du Conseil JAI de l’UE : la lutte contre le terrorisme et la radicalisation au cœur des discussions

Communiqués, DFJP, 18.11.2016

Berne. La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a représenté la Suisse, ce vendredi 18 novembre 2016, à la réunion du Conseil Justice et Affaires intérieures (Conseil JAI) de l’UE, qui s’est tenue à Bruxelles. Les principaux points à l’ordre du jour ont été la lutte contre le terrorisme et les mesures en vue de renforcer la sécurité dans l’espace Schengen.

La réunion du Conseil JAI a porté essentiellement sur les moyens de renforcer la sécurité en Europe. Les États Schengen veulent améliorer l’échange d’informations dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et renforcer la protection des frontières extérieures. La Commission européenne a présenté aux ministres son projet de système européen d’autorisation et d’information concernant les voyages (ETIAS), par lequel devront s’enregistrer les ressortissants d’États tiers exemptés de l’obligation du visa avant de pouvoir entrer dans l’espace Schengen. Il s’agira d’un système comparable au système ESTA des États-Unis.

L’ETIAS permettra de réaliser des vérifications préalables concernant les risques liés aux migrations irrégulières et à la sécurité intérieure. Plusieurs ministres ont souligné que la solution qui sera mise en place devra dûment tenir compte de la protection des données.

Les ministres ont aussi abordé les options envisageables pour rendre compatibles entre eux les différents systèmes européens d’information en matière de sécurité et de migrations, tels que le système d'information Schengen SIS, le système d'information sur les visas VIS ou la banque de données migratoire Eurodac. La Suisse fait partie d’un groupe d’experts au niveau européen chargé de définir des solutions pour permettre une meilleure interconnexion entre ces systèmes et améliorer leur utilisation.

La Suisse a renforcé sa coopération avec ses partenaires

Un autre volet important de la réunion a été consacré aux mesures décidées l’an dernier pour lutter contre le terrorisme et, en particulier, au rapport du coordinateur de l’UE pour la lutte contre le terrorisme paru au début de novembre 2016. Le rapport tire un bilan positif de l’action du jeune Centre européen de la lutte contre le terrorisme, rattaché à Europol, et de l’amélioration de l’échange d’informations des États Schengen avec Europol. Les ministres ont également fait le point sur les travaux en cours pour optimiser le fonctionnement du système d’information Schengen (SIS II) aux fins de la lutte contre le terrorisme. Il s’agit plus spécifiquement de pouvoir identifier les déplacements de combattants djihadistes.

Madame Sommaruga a signalé à cet égard que la Suisse soutenait activement ses partenaires au sein de l’UE dans leurs efforts pour combattre le terrorisme et qu’elle avait même renforcé sa coopération avec Europol au cours des derniers mois. La conseillère fédérale a également plaidé pour que la Suisse soit mieux intégrée dans l’échange d’informations au niveau européen, dans l'intérêt de la sécurité de tous. C’est dans cette perspective notamment qu’un spécialiste supplémentaire a été détaché au bureau de liaison suisse à La Haye.

Des outils pour lutter contre la radicalisation

Une discussion a par ailleurs eu lieu en marge du conseil à l’invitation de la Belgique sur les outils existants et prévus en matière de lutte contre le terrorisme. Madame Sommaruga a exposé aux autres participants les mesures prises par la Suisse dans ce domaine et, notamment, pour contrer la radicalisation. Face à un problème qui concerne la société dans son ensemble, il est important de privilégier une sensibilisation aussi large que possible, a déclaré la cheffe du DFJP, qui en a aussi profité pour présenter une brochure illustrant, en six phases, le phénomène de la radicalisation et les réponses mises en œuvre par la Suisse.

Infos complémentaires

vers le haut Dernière modification 18.11.2016

Contact

Service d'information DFJP
T
+41 58 462 18 18
Contact