La mauvaise surprise du cadeau de Noël commandé sur Internet

Mots-clés: Cybercriminalité

Informations, fedpol, 14.12.2016

Acheter en ligne des vêtements, accessoires, produits de luxe, parfums ou articles de sport peut parfois réserver de mauvaises surprises. Entre produits contrefaits ou faux magasins en ligne destinés à voler les données personnelles, la vigilance est d’autant plus de mise en cette période de l’Avent. Alors plus que jamais, soyez vigilants, surfez intelligents.

Image des sites Internet frauduleux avant Noël
(Photo: Thinkstock)

Une page Internet fait l’article de belles chaussures en cuir, de nouvelles baskets ou d'un pullover, pour la plupart des produits de grande marque. Leur prix est inférieur à ce qui se fait dans des magasins ayant pignon sur rue : l'offre est très alléchante. Ces images ne sont pourtant que le reflet d’une arnaque. Le site Internet s’avère en réalité être un faux magasin d’achats en ligne. Le client va payer pour un produit contrefait. Pire, il ne verra peut-être jamais sa commande arriver. Les cybercriminels ne recherchent alors qu’une seule chose : collecter vos informations personnelles, mots de passe et données de carte de crédit.

Difficile de flairer l’arnaque

A première vue, il est difficile de flairer la mauvaise affaire. La page d’accueil du site Internet est souvent graphiquement très bien faite. Les accessoires, chaussures ou vêtements qui y sont vendus suivent la mode actuelle. Très souvent, le site possède un nom de domaine suisse (.ch), ce qui donne confiance au consommateur. Que nenni ! Les cybercriminels tentent de repérer sur Internet les sites dont les domaines sont périmés pour les racheter par la suite. Ces adresses ont l’avantage de posséder une certaine visibilité car elles restent référencées par les moteurs de recherche. De plus, ces sites Internet frauduleux sont souvent hébergés à l’étranger.

4500 noms de domaines fermés par Europol

Dernièrement, Europol a lancé une campagne de prévention qui fait suite à une opération à l’encontre de sites Internet frauduleux. Quelques 4500 noms de domaines ont été fermés car ils commercialisaient des produits contrefaits. Dans la plupart des cas, les ventes en ligne se sont réalisées par l’intermédiaire des réseaux sociaux comme Facebook ou Instagram.

Récolte de données

Ces faux magasins en ligne représentent un risque conséquent, en ce sens qu’ils permettent aux cybercriminels de récolter les données des utilisateurs. Par exemple, lors de l’enregistrement pour ouvrir un compte, l’internaute doit introduire son adresse e-mail. Il introduit toutes ses données personnelles, adresse, nom, âge et enfin numéro de carte de crédit. Des données que les cybercriminels vont parfois tenter de revendre. Non seulement la commande du client ne sera jamais expédiée, mais en plus ses données personnelles risquent de lui échapper.

Les recommandations de fedpol

Afin de différencier un faux magasin en ligne d’un vrai, scrutez les pages du site :

  • Soyez attentifs aux prix des marchandises et avant de passer une commande, demandez-vous si l’offre n’est pas trop belle pour être vraie.
  • Vérifiez le "Contact" du site : le nom de l’entreprise, l’adresse physique, le numéro de téléphone, l’e-mail de l’entreprise.
  • Soyez attentifs aux images des articles proposés. Parfois, le format peut être différent d’une image à une autre. Les logos vers des liens pour Facebook ou PayPal peuvent être mal recopiés.
  • Vérifiez s’il existe des fautes d’orthographes ou de grammaire
  • Regardez s’il existe des termes et conditions d’achats ou une politique pour le retour de la marchandise.

Soyez particulièrement prudents lorsqu’un prix se situe nettement au-dessous du prix du marché, d’autant plus s’il s’agit d’un vêtement d'une marque connue.

En cas de doute, vous pouvez annoncer le site via le formulaire d’annonce de fedpol. Nos spécialistes feront par la suite les vérifications nécessaires. S’il s’agit d’un faux magasin en ligne, fedpol pourra entreprendre des démarches pour bloquer la page Internet.

Infos complémentaires

vers le haut Dernière modification 14.12.2016