Rapport annuel de fedpol: le terrorisme en ligne de mire

Communiqués, fedpol, 29.05.2015

En 2014, la lutte contre le terrorisme a figuré au centre des activités de l'Office fédéral de la police (fedpol). C'est fedpol qui dirige en effet la task-force TETRA (TErrorist TRAvellers), créée en 2014, dont le but principal est de prévenir les infractions terroristes en Suisse et d'éviter que le terrorisme ne s'exporte à partir de la Suisse dans les zones de conflit. Les autres priorités de fedpol ont été d'enquêter sur les membres présumés d'organisations criminelles, de traiter les communications de blanchiment d'argent et de lutter contre la criminalité sur Internet.

Bien que la Suisse ne constitue pas une cible prioritaire du terrorisme islamiste, fedpol a aussi dû se pencher, en 2014, sur la menace grandissante occasionnée par le terrorisme à motivation djihadiste. Son objectif prioritaire est de prévenir les attentats terroristes en Suisse. Par ailleurs, la Suisse ne doit pas servir de base financière et logistique pour la planification et l'exécution de ce type d'infractions, ni de pays de transit, de provenance ou de destination pour les voyageurs à motivation djihadiste.  

Mesures contre le terrorisme: mise en place d'une task-force

Suite à l'évolution de la menace en Europe, le Parlement, le Conseil fédéral et les différentes autorités chargées de la lutte contre le terrorisme ont décrété plusieurs mesures durant l'année écoulée. La loi fédérale urgente interdisant les groupes "Al-Qaïda" et "Etat islamique" et les organisations apparentées est entrée en vigueur le 1er janvier 2015; en automne 2014, la task-force interdépartementale TETRA (TErrorist TRAvellers) a été mise en place sous la houlette de fedpol (cf. rapport du 26 février 2015).

En sa qualité de police judiciaire de la Confédération, fedpol a mené en 2014, sur mandat du Ministère public de la Confédération, des enquêtes sur plusieurs cas de personnes soupçonnées de soutenir des organisations terroristes à motivation djihadiste, d'en faire partie ou de vouloir s'y affilier.

Propagande et radicalisation par le biais d'Internet

Internet et certaines plates-formes des réseaux sociaux jouent un rôle central dans la propagande menée par les groupes terroristes djihadistes et dans la radicalisation des jeunes sympathisants en particulier. Comme lors des années précédentes, fedpol traque sans relâche les activités terroristes djihadistes suspectes sur Internet en Suisse. Pour combattre avec succès les activités des extrémistes à motivation djihadiste sur Internet, il est indispensable qu'un dialogue constructif ait lieu entre fedpol et les fournisseurs d'accès à Internet.

Lutte contre la cybercriminalité sur Internet: le commerce des données volées fleurit

Outre la lutte contre les activités djihadistes dans l'espace virtuel, fedpol a aussi dû faire face à d'autres formes de cybercriminalité en 2014. Les annonces d'infractions contre le patrimoine qui sont parvenues au Service de coordination de la lutte contre la criminalité sur Internet (SCOCI) ont nettement augmenté durant l'année écoulée. Vu le nombre croissant d'appareils permettant d'accéder à Internet (notamment les smartphones) et la quantité toujours plus importante de données personnelles numérisées, l'abus de ces données à des fins criminelles devient de plus en plus attractive. En même temps, les utilisateurs et utilisatrices de ces technologies ne se rendent souvent pas compte des risques qui y sont liés et dévoilent à la légère des informations d'ordre privé.

Les criminels recourent toujours davantage à des logiciels malveillants qui téléchargent, à partir d'ordinateurs infectés, des données d'utilisateurs telles que des mots de passe enregistrés – par exemple vers des comptes e-mail, des services de paiement en ligne ou des magasins de musique en ligne. Les données d'accès obtenues de la sorte peuvent être vendues par les criminels sur des forums clandestins ou servir à commettre d'autres délits. Il s'agit là de procédés très lucratifs dont les auteurs n'encourent que des risques minimes.

Dans leur traque des infractions sur Internet, les autorités de poursuite pénale se trouvent confrontées à de nombreux défis sur les plans technique et juridique, qui sont souvent exploités de manière ciblée par les cybercriminels. C'est pourquoi fedpol mise sur la coopération nationale et internationale en mettant à profit au maximum les intermédiaires et groupes d'experts disponibles au niveau d'Europol et d'INTERPOL.

Infos complémentaires

vers le haut Dernière modification 29.05.2015

Contact

Communication et médias fedpol
T
+41 58 463 13 10
Contact