Rapport annuel de fedpol 2011

Le terrorisme, le crime organisé et la traite d'êtres humains en point de mire

Communiqués, fedpol, 21.06.2012

Berne. Terrorisme, crime organisé et traite d'êtres humains: les événements et les tendances qui ont marqué l'année 2011 montrent que les défis auxquels doit faire face l'Office fédéral de la police (fedpol) n'ont nullement diminué. De plus, la poursuite de la criminalité sur Internet prend une importance croissante: la lutte menée contre les cas d'escroquerie et contre la pornographie enfantine, ainsi que les incitations à la violence et la radicalisation sur Internet exigent des actions efficaces.

Les événements extrêmes comme ceux qui se sont produits en Norvège et en France ont ébranlé les populations. Un autre événement a directement concerné la Suisse: à Marrakech, deux Suisses et une personne de nationalité étrangère domiciliée en Suisse ont perdu la vie dans un attentat à la bombe. Les raisons de cet attentat et le contexte dans lequel il a été commis font l'objet d'enquêtes au Maroc et en Suisse.

Tous ces actes terroristes sont le fait d'individus isolés qui se sont radicalisés par eux-mêmes sur Internet. Comme les années précédentes, la Suisse n'a pas été une cible prioritaire des terroristes radicalisés agissant isolément. Aucun attentat terroriste n'a été commis, planifié ou concrètement préparé, sur le territoire suisse. Les événements le montrent, il est très difficile de déceler ce type d'intentions et d'empêcher à temps leur concrétisation.

Surveillance efficace des sites Internet radicaux

En Suisse également, les extrémistes violents sont présents sur Internet, où ils placent de plus en plus de matériel de propagande, des vidéos présentant des scènes de violence brutale, des instructions et des appels à la violence. Des djihadistes présumés ont notamment continué d'utiliser la Suisse comme base dans le but de soutenir activement les groupements djihadistes au niveau de la logistique et de la propagande.

Des postes ayant été nouvellement créés à fedpol en 2011, l'office a pu renforcer sa surveillance des sites Internet radicaux, pour la plupart d'influence djihadiste, ainsi que la poursuite des infractions. Les spécialistes travaillant à fedpol ont entrepris plusieurs enquêtes en 2011 visant des exploitants de sites Internet de ce type. Si l'on considère le cadre légal étroit de la lutte contre le terrorisme en Suisse, la poursuite efficace de ces actes de soutien, notamment sur Internet, constitue un grand défi.

La mafia italienne…

Dans le domaine du crime organisé, la présence d'organisations mafieuses italiennes reste une réalité en Suisse. La Suisse suscite l'intérêt de ces organisations, qui l'utilisent comme base de repli ou comme place financière offrant des possibilités d'investissement. L'organisation mafieuse italienne la plus présente en Suisse reste la `Ndrangheta, qui poursuit son extension vers le nord, commencée il y a quelques années. Son déplacement géographique vers la Suisse s'explique aussi par la pression croissante des autorités italiennes de poursuite pénale sur la mafia.

Afin de lutter efficacement contre la mafia, fedpol a renforcé sa coopération opérationnelle avec les autorités de police italiennes en 2011. Un groupe de travail commun analyse les phénomènes criminels et échange des informations. Il se penche essentiellement sur l'interception des valeurs patrimoniales d'origine illégale et sur le développement de structures d'enquête appropriées. De cette manière, fedpol est à même de décrire le phénomène du crime organisé et de ses structures afin d'éviter que les entreprises, les autorités et le secteur des services en Suisse ne soient infiltrés.

... et la traite d'êtres humains sont bien présentes en Suisse

La traite d'êtres humains et l'immigration illégale restent des défis importants pour la Suisse. Comme les années précédentes, la Suisse est concernée par ces phénomènes en tant que pays de transit et de destination. Les victimes sont pour la plupart originaires d'Europe de l'Est, du Brésil, de Thaïlande et d'Afrique de l'Ouest. Pour être efficace, la poursuite de la traite d'êtres humains doit pouvoir reposer sur une solide coopération et sur un solide réseau au plan international. Ainsi, en 2011, les contacts ont été intensifiés avec certains pays d'Europe de l'Est comme la Roumanie et la Bulgarie.

L'augmentation des cas suspects constatée en 2011 est le corollaire du silence des victimes et illustre la difficulté à poursuivre ces infractions. Rares sont les cas signalés, car les victimes subissent une pression énorme. Dans ce contexte, la protection des victimes et des témoins est d'une importance décisive. Une personne menacée doit être protégée en dehors des actes de procédure à proprement parler et pendant et après la clôture de la procédure. Cette tâche incombera au Service de protection des témoins qui sera mis en place à fedpol dès 2013.

Note aux rédactions: M. Jean-Luc Vez, directeur de fedpol, et d'autres membres de la Direction se tiendront à la disposition des médias de 13h30 à 14h30 dans la petite salle du Centre de presse du Palais fédéral.

vers le haut Dernière modification 21.06.2012

Contact

Contact / renseignements

Communication
T
+41 58 463 13 10
Contact