Lutte contre la corruption

Première conférence nationale de police

Mots-clés: Corruption

Informations, fedpol, 09.11.2009

L'Office fédéral de la police (fedpol) a invité à Berne les représentants des polices cantonales et municipales dans le cadre de la première conférence nationale de police sur la lutte contre la corruption. En organisant un tel événement, fedpol a mis en œuvre l'une des recommandations émises par le GRECO (Groupe d’Etats contre la corruption).

Ces dernières années, la Suisse n’a cessé de renforcer la lutte contre la corruption. Ayant ratifié, en 2000, la Convention de l’OCDE sur la lutte contre la corruption d’agents publics étrangers dans les transactions commerciales internationales et, en 2006, la Convention pénale du Conseil de l'Europe contre la corruption, elle a opéré une refonte des normes pénales sur la corruption d’agents publics suisses et étrangers et sur la corruption privée, afin de pouvoir faire face aux défis de la corruption internationale. L’application des deux conventions dans tous les Etats membres est régulièrement contrôlée.

Le Groupe d’Etats contre la corruption (GRECO) est une commission spéciale du Conseil de l’Europe. La Suisse y est représentée par l’Office fédéral de la justice (OFJ). En 2008, la Suisse a fait l'objet d'une inspection ordinaire du GRECO. Parmi ses recommandations, celui-ci a relevé le besoin d'unifier et d'approfondir la formation des autorités de poursuite pénale au niveau national.

La corruption est aussi un problème de société

En organisant la première conférence nationale de police sur la lutte contre la corruption, fedpol a suivi cette recommandation. Près de 70 participants provenant des polices cantonales et municipales, de la Police judiciaire fédérale (PJF), du Bureau de communication en matière de blanchiment d'argent (MROS) et de la Principauté de Liechtenstein ont répondu présent à l'invitation de fedpol et se sont retrouvés le 5 novembre 2009 à Berne. Des spécialistes du monde scientifique, de l'OFJ, du Contrôle fédéral des finances et des membres des autorités de poursuite pénale ont partagé leurs expériences et exprimé leurs points de vue sur l'application des révisions du droit pénal en matière de corruption survenues en 2000 et 2006. L'un des objectifs était d'encourager l'échange d'informations de la part des autorités de poursuite pénale, ainsi que de discuter des questions et des problèmes en suspens. Les participants ont unanimement reconnu qu'il convenait de renforcer l'utilisation des "nouveaux" outils juridiques et ont estimé que la corruption ne devait plus être perçue comme un problème d'ordre pénal, mais comme un problème de société.

vers le haut Dernière modification 09.11.2009

Contact

Contact / renseignements

Communication
T
+41 58 463 13 10
Contact