ERNS 19: gestion d’une situation de crise terroriste

Les 52 heures d'exercice continu viseront à tester les structures et les processus de sécurité en vigueur appliqués dans notre pays en cas de menace terroriste durable. À l’occasion de la conférence de presse donnée ce matin au Centre de presse du Palais fédéral, la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter, accompagnée du président de la CCDJP, le conseiller d’État Urs Hofmann, du vice-président de la CCPCS, Christian Varone, ainsi que du directeur de l’Exercice du Réseau national de sécurité 2019 (ERNS 19), Hans-Jürg Käser, a présenté le cadre de l’exercice d’état-major ERNS 19 qui se déroulera du 11 au 13 novembre 2019.
De gauche à droite: Christian Varone (vice-président de la CCPCS), Hans-Jürg Käser (directeur de l’ENRS 19), la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter et le conseiller d’État Urs Hofmann (président de la CCDJP)
La conseillère fédérale Karin Keller-Sutter avec le conseiller d’État Urs Hofmann (président de la La conseillère fédérale Karin Keller-Sutter avec le conseiller d’État Urs Hofmann (président de la CCDJP), Hans-Jürg Käser (directeur de l’ENRS 19) et Christian Varone (vice-président de la CCPCS) durant la conférence de presse sur l’ERNS 19 (photo: ERNS 19)

Dans le cadre de cet exercice d’état-major, quelque 70 organisations seront mises à contribution dans toute la Suisse (états-majors, services fédéraux, cantons, et même quelques villes et infrastructures critiques). L’exercice permet de tester leur capacité à gérer une crise en état d’urgence mais également d’évaluer la collaboration entre ces différents organes de sécurité dans un contexte terroriste très tendu. Le scénario de l’ERNS 19 a pour thème une menace terroriste persistante, comprenant des attaques à l’encontre d’infrastructures critiques, du chantage et de possibles attentats.

La conseillère fédérale Keller-Sutter a rappelé que cet exercice s’alignait sur la stratégie de la Suisse pour la lutte antiterroriste, élaborée il y a quatre ans par le Conseil fédéral, en collaboration avec les acteurs cantonaux. Cet exercice a pour but de prévenir les crises, ce qui constitue l’un des principaux domaines d’action de la stratégie en question. Quant aux autres axes de développement stratégiques définis, c’est-à-dire la prévention, la répression et la protection, des efforts ont déjà été fournis ces dernières années au sein de la Confédération, des cantons et des communes. Mais il va de soi que l’ensemble du RNS doit aussi, pour permettre une évaluation de sa gestion de telles crises, participer de temps en temps à des exercices de cet ordre. "Il ne s’agit pas de nous montrer alarmistes, dit-elle, mais plutôt de prévenir ce type de crises, de manière aussi rationnelle que possible."

Une bonne préparation avec quatre rapports de situation

Grâce à l’étroite collaboration avec le Service de renseignement de la Confédération, le scénario élaboré est des plus réalistes. D’avril 2018 à septembre 2019, il a en effet évolué à travers quatre rapports de situation remis aux participants de manière échelonnée. La période de six mois entre chaque rapport donnait aux acteurs impliqués la possibilité d’adapter leurs plans et leurs stratégies, de prendre les mesures nécessaires à tous les niveaux et de se tenir prêts pour le prochain rapport. À chaque compte rendu, de nouvelles situations complexes sont venues s’ajouter aux précédentes, incitant non seulement la Confédération et les cantons, mais aussi les exploitants d’infrastructures critiques, à s’adapter en conséquence dans un délai limité.

Pour mettre en lumière les besoins des divers partenaires l’ERNS 19 a été divisé en quatre projets: Protection de la population, Police, Armée et Communication de crise. Alors que les participants seront à leurs postes de travail habituels, la direction de l’exercice œuvrera au travers d’une régie ad-hoc mise en place à la caserne militaire de Berne. De là, elle assura la conduite et le pilotage de l’exercice dans toute la Suisse pour toutes les organisations impliquées.

Évaluation des résultats disponible mi-2020

Comme à l’ordinaire, la partie la plus importante de l’exercice a lieu une fois que celui-ci est terminé : il s’agit bien évidemment de l’évaluation des résultats, effectuée auprès de chacun des participants. La publication du rapport final, qui exposera les enseignements tirés de l’exercice, est prévue mi-2020.

Documentation


Dossier

Dernière modification 31.10.2019

Début de la page

https://www.fedpol.admin.ch/content/ejpd/fr/home/aktuell/news/2019/2019-10-31.html