Opération coordonnée contre la traite d'êtres humains

Communiqués, fedpol, 28.02.2007

Berne. Dans les cantons de Berne et de Schwyz, les autorités de police suisses ont mené une vaste opération suite à des présomptions de traite d'êtres humains aux fins d'exploitation sexuelle et d'encouragement à la prostitution. 16 personnes ont été arrêtées. 24 femmes, en majorité d'origine roumaine, sont actuellement interrogées sur leurs activités dans le milieu de la prostitution et suivies par des spécialistes.

La Police judiciaire fédérale (PJF) a coordonné l'échange d'informations avec les corps de police cantonaux et les autorités policières roumaines. Durant cette opération policière, plusieurs agents de fedpol étaient présents sur place afin de prêter main forte aux cantons. Plus de 200 policiers ont participé à l’opération.

Cette opération policière est l'aboutissement d'intenses investigations menées par la police cantonale bernoise. Dans le même contexte, des interventions ont eu lieu en janvier 2007 déjà dans les cantons de Soleure et de Lucerne. Quatre personnes soupçonnées de traite d'êtres humains et d'encouragement à la prostitution avaient alors été arrêtées et plusieurs femmes d'origine roumaine avaient été contrôlées. Dans le canton de Lucerne, entre autres l'exploitant d'un local de prostitution avait également été interpellé en raison d'infractions présumées à la loi fédérale sur le séjour et l'établissement des étrangers (LSEE).

D'importants mécanismes de coopération
Ces interventions contre la traite d'êtres humains associent à la police les autorités compétentes en matière de migration et les organismes chargés de l'aide aux victimes. Seule une coopération sans faille de tous les intervenants permet de protéger les victimes et surtout de recueillir des déclarations contre les délinquants présumés. Pour ce qui est des opérations menées actuellement, la coopération est fondée sur les mécanismes mis au point en commun par tous les intervenants et consignés fin 2005 dans un guide pratique.

Note à l'intention des rédactions: La responsabilité en matière d'information dans le cas concret est du ressort des autorités de poursuite pénale de chaque canton.

Contact / renseignements
Communication et médias fedpol, T +41 58 463 13 10, Contact