Cas Achraf: communiqué du Conseiller fédéral Blocher

Communiqués, DFJP, 03.11.2004

Berne, le 03.11.2004. Le Conseiller fédéral Christoph Blocher a, lors de la séance du Conseil fédéral, éclairé ses collègues sur le cas du terroriste présumé Mohamed Achraf, détenu en Suisse. A cette occasion, il a insisté sur le professionnalisme des organes de sécurité suisses qui ont réussi à l'arrêter. Par conséquent, une nouvelle analyse de la sécurité en Suisse ne s'avère pas nécessaire.

Lors de la séance du Conseil fédéral d'aujourd'hui, le Chef du DFJPD a relaté l'arrestation d'un islamiste radical déclaré coupable d'actes terroristes par les autorités espagnoles depuis le 19 octobre 2004.

Chronologie: dates importantes

  • La personne concernée vit depuis 2003 en tant que requérant d'asile en Suisse sous le nom de Kamel Saadi. Suite au rejet de sa demande d'asile en octobre 2003, il est passé à la clandestinité.
  • Le 28 août 2004, il est arrêté à l'aéroport de Zurich-Kloten en raison d'un délit mineur, puis placé en détention en vue du renvoi.
  • Au début de septembre, les services de sécurité suisses l'identifient comme Mohamed Achraf. Qualifié << d'extrémiste radical ", il était surveillé depuis lors. A ce jour, aucune activité terroriste n'a pu être prouvée.
  • Le 19 octobre 2004, les autorités espagnoles ont indiqué que Mohamed Achraf pourrait avoir planifié un attentat de grande envergure en collaboration avec d'autres personnes.
  • Le même jour, le Ministre de la justice espagnole a communiqué au Conseiller fédéral Blocher qu'il existait de fortes présomptions d'actes terroristes à l'encontre de l'intéressé. Ils ont ensuite discuté de la suite de la procédure. Le Chef du DFJP a assuré à son homologue espagnol que Mohamed Achraf resterait en prison et lui a demandé de faire une demande d'extradition dans les plus brefs délais. Tous les services fédéraux concernés ont été immédiatement informés. Parallèlement, le même soir, le canton de Zurich, dans lequel Mohamed Achraf est détenu en vue de son renvoi, a été averti afin qu'il soit maintenu en détention.
  • Le 21 octobre 2004, le Ministère public de la Confédération a ouvert une procédure pénale contre Achraf, ce dernier étant soupçonné d'appartenir à une organisation criminelle ou de la soutenir.
  • Le 27 octobre 2004, le mandat d'extradition des autorités espagnoles est parvenu aux autorités suisses. Il est actuellement en cours d'examen.

Ces mesures ont permis d'arrêter et de livrer à la justice le terroriste présumé Mohamed Achraf. L'évaluation actuelle de la sécurité en Suisse a confirmé que notre pays ne constituait pas une cible pour les attentats terroristes, qu'il pourrait cependant être visé compte tenu du potentiel criminel des organisations du même nom et servir de repli logistique. La Suisse est par conséquent déterminée à apporter sa contribution à la lutte contre le terrorisme international comme elle l'a fait jusqu'à présent.