Complément à l'analyse annuelle de la menace: regard dans les coulisses de fedpol

Communiqués, fedpol, 04.07.2008

Berne. L'Office fédéral de la police (fedpol) a publié aujourd'hui pour la première fois un rapport d'activité en même temps que le traditionnel rapport sur la sécurité intérieure de la Suisse. En publiant son rapport d'activité, fedpol entrouvre la porte sur les coulisses de ses activités. Le rapport sur la sécurité intérieure de la Suisse fournit comme jusqu'à présent une analyse de la situation et de la menace auxquelles la Suisse et donc également fedpol, de par ses tâches, doivent faire face quotidiennement.

Le rapport d'activité de fedpol présente les activités déployées par l'office dans le cadre de ses tâches de police judiciaire, de renseignement, de police de sécurité, de police administrative et de soutien en 2007. Il met en évidence les défis que fedpol a relevés l'année dernière. Par les chiffres qu'il fournit, il illustre la manière dont les ressources à disposition ont été utilisées (233 millions de francs, 988 collaborateurs, 47 différents systèmes d'information, etc.).

Le rapport d'activité comporte trois parties: des informations concernant les mandats traités par les différents domaines de fedpol, le rapport proprement dit et un CD-ROM contenant des statistiques.

Au chapitre des tâches de police judiciaire, le rapport d'activité montre entre autres comment certains dossiers peuvent occuper presque une division entière durant plusieurs mois ou quel défi représente pour les enquêteurs le flux toujours croissant des données électroniques. Concernant les tâches de renseignement, le rapport indique que plus de 2500 affaires de lutte contre le terrorisme international ont été traitées en 2007 ainsi que 7000 communications émises par des services partenaires (augmentation de 30 % depuis 2004).

Dans le cadre de ses tâches de police de sécurité, fedpol a assuré en 2007 la sécurité de 522 personnes jouissant d'une protection en vertu du droit international public lors de 53 conférences. 171 cas impliquant des menaces ont dû être traités, soit 56 % de plus qu'en 2006. En accomplissant ses tâches de police administrative, fedpol a prononcé en 2007 165 interdictions d'entrée dans le but de maintenir la sécurité intérieure et extérieure de la Suisse. Durant la même période, fedpol a délivré 410 000 passeports ainsi que répondu à 1581 questions communiquées par e-mail et à une petite quarantaine de questions posées par téléphone.

La Centrale d'engagement de fedpol a comptabilisé pour la première fois en 2007 plus de 100 000 communications entrantes, et ce dans le cadre des tâches de soutien en faveur de tous les services de police suisses et des organisations partenaires étrangères. Parallèlement, quelque 125 000 demandes d'identification ont été traitées à l'aide du système automatique d'identification des empreintes digitales et du système d'information fondé sur les profils d'ADN, contribuant ainsi à dissiper ou confirmer les soupçons pesant sur les personnes concernées.

L'analyse de la menace
Selon le rapport sur la sécurité intérieure de la Suisse, le terrorisme islamiste est resté une menace pour l'Europe occidentale en 2007 également. La Suisse se trouve dans cette zone dangereuse, mais aucun préparatif d'attentat n'a pu être constaté. Durant l'année sous revue, tous les attentats ont échoué en Europe ou ont été déjoués à temps, c'est-à-dire durant leur planification ou leur préparation. Le terrorisme endogène dans le domaine du djihadisme reste une menace. Il se traduit également par un encouragement à la violence et par des activités de soutien logistique et financier.

La condamnation d'un islamiste tunisien et de sa compagne, une Belge d'origine marocaine, par le Tribunal pénal fédéral en juin 2007 montre que la problématique du djihadisme concerne la Suisse également. Ces deux personnes ont entre autres été condamnées à une peine privative de liberté, avec sursis dans un cas, pour soutien à une organisation criminelle. Le Tribunal fédéral a confirmé ces jugements en mai 2008.

Comme le relève le rapport, les menaces pesant sur la sécurité intérieure de la Suisse ne se limitent toutefois pas au terrorisme islamiste. L'extrémisme politique violent, le crime organisé, le service de renseignements prohibé et la non-prolifération sont autant d'autres menaces qui persistent.

Contact / renseignements
Communication et médias fedpol, T +41 58 463 13 10, Contact