Office fédéral de la police

Les attentats du 11 septembre ont fait augmenter d'un tiers le nombre des communications de soupçons de blanchiment d'argent

Communiqués, fedpol, 03.05.2002

L'année dernière, le Bureau de communication en matière de blanchiment d'argent (MROS), rattaché à l'Office fédéral de la police, a enregistré une augmentation de plus de 30 % du nombre des communications. En chiffres absolus, ce sont 417 cas de soupçons de blanchiment d'argent qui lui ont été signalés (contre 311 en 2000), dont 95 uniquement en rapport aux attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis.

Sur les 417 dénonciations, 380 ont été transmises aux autorités de poursuite pénale compétentes. Les communications liées au 11 septembre relèvent du Ministère public de la Confédération.

Plus de communications en provenance du secteur parabancaire

En l'an 2000, près des trois quarts des communications de soupçons de blanchiment d'argent sont venues du secteur bancaire (234 communications). En 2001, le nombre de communications des banques a certes augmenté (255 communications), mais l'équilibre s'est quelque peu rétabli en faveur du secteur non bancaire.

Ainsi, pour 2001, le secteur non bancaire représente près d'un tiers des communications. La majorité de ces communications sont venues, par

ordre d'importance, du trafic des paiements (13 %), des fiduciaires et des gestionnaires de fortune. Ce secteur démontre ainsi sa volonté d'agir plus activement contre le blanchiment d'argent.

Par contre, le taux des communications des cabinets d'avocats et des assurances reste faible (3%).

Le total des sommes d'argent mises en cause dans les communications s'élève à 2,7 milliards de francs, alors que ce chiffre se montait à 655 millions de francs en 2000. Cette forte augmentation est principalement due à cinq communications portant sur des affaires de dimension internationale totalisant à elles seules quelque deux milliards de francs.

En 2001, la plus grande part des dénonciations est venue des cantons de Genève, de Zurich et de Berne. Genève, qui à elle seule a fait parvenir près d'un tiers de la totalité des communications, vient en tête.

Le terrorisme au premier rang

A la suite des attentats aux Etats-Unis, le terrorisme a été le délit le plus fréquemment signalé dans les communications de soupçons de blanchiment d'argent. Les autres délits signalés sont majoritairement l'escroquerie, la corruption et l'abus de confiance.

Par rapport à l'année précédente, le nombre des affaires dans lesquelles les délits de corruption et de blanchiment d'argent étaient liés, a plus que doublé. Le nombre d'affaires liant escroquerie et blanchiment a quant à lui diminué d'un cinquième par rapport à 2000.

Nouvelles compétences de la Confédération

La mise en œuvre du Projet d'efficacité, qui octroie à la Confédération de nouvelles compétences fédérales en matière de lutte contre le crime, a commencé au début de cette année. Depuis lors, le MROS transmet au Ministère public de la Confédération les affaires pénales ressortissant à la juridiction fédérale.

Le MROS a participé activement en 2001 aux travaux des organismes internationaux, le Groupe Egmont (réseau mondial des Financial Intelligence Units – FIU – regroupant 58 Etats) et le GAFI (Groupe d'action financière sur le blanchiment de capitaux). Ce dernier a entamé, en 2001, une révision de ses 40 recommandations et émis de nouvelles recommandations dans le cadre de la lutte contre le financement du terrorisme.

Contact / renseignements
Communication et médias fedpol, T +41 58 463 13 10, Contact