La Suisse participe à un «partenariat informel contre le crime organisé en Europe du Sud-Est»

Communiqués, DFJP, 25.11.2002

Berne, 25.11.2002. Les organisations criminelles d'Europe du Sud-Est compromettent la sécurité intérieure des Etats européens. Or, seul le renforcement de la coopération entre tous les pays concernés permettra de lutter efficacement contre ce phénomène. C'est précisément dans ce but que, sur l'initiative de l'Angleterre, une conférence des ministres s'est déroulée à Londres. A cette occasion, un "partenariat informel contre le crime organisé en Europe du Sud-Est", auquel la Suisse s'est associée, a vu le jour.

Un fait s'impose d'emblée: les organisations criminelles ne connaissent aucune frontière. C'est pourquoi, le crime organisé présente généralement un caractère international. Tous les pays européens sont touchés, dans des proportions différentes, par les activités criminelles de groupes d'Europe du Sud-Est, qu'il s'agisse de trafic de migrants, de trafic de drogue et d'armes ou de corruption. Ces activités ne peuvent être combattues efficacement que si les organes de sécurité des divers pays coopèrent étroitement, notamment par l'échange d'informations sur les organisations criminelles.

C'est là le bilan d'une conférence des ministres sur le crime organisé en Europe du Sud-Est qui s'est tenue à Londres, le 25 novembre 2002, sur l'invitation du gouvernement britannique. Outre les ministres de l'Intérieur de nombreux Etats de l'UE, la conférence a également accueilli quelque 300 délégués des Etats membres de l'UE, des candidats à l'adhésion à l'UE et d'autres Etats européens. Les membres du G8, la Commission européenne et certaines organisations internationales y étaient aussi représentés.

Déclaration commune

Les premiers résultats des discussions ont servi, d'une part, à évaluer les initiatives existantes visant à entraver ou à combattre le crime organisé en Europe du Sud-Est et, d'autre part, à en dégager le potentiel de synergie et d'amélioration. Les conclusions ont été consignées dans une déclaration commune, baptisée "London Statement".

La Suisse également concernée

Les organisations criminelles d'Europe du Sud-Est et, notamment, des Balkans, représentent une menace latente sérieuse pour la sécurité intérieure des pays, dont la Suisse fait partie. Des opérations ponctuelles de groupes criminels, visant entre autres à exploiter les atouts de notre place économique et financière, ont ainsi été constatées par le passé. La Suisse a donc tout intérêt, dans le cadre de la conférence, à échanger des expériences et à élaborer de nouvelles stratégies de lutte contre le crime organisé.

La délégation suisse était dirigée par Jean-Luc Vez, directeur de l'Office fédéral de la police.

Contact / renseignements
Communication et médias fedpol, T +41 58 463 13 10, Contact