Office fédéral de la police

Tendances 1999 dans le domaine de la protection de l'Etat:

Accroissement de la violence de l'extrême droite et aggravation des risques émanant de l'écoute internationale des télécommunications

Communiqués, fedpol, 15.05.2000

Rapport sur la protection de l'Etat de la Police fédérale pour l'année 1999

Le DFJP a publié lundi le rapport sur la protection de l'état 1999 de la Police fédérale. Il s'en dégage essentiellement deux tendances: d'une part, le développement constant et le rajeunissement des milieux de l'extrême droite portés à la violence et, de l'autre, les risques et dangers que l'écoute, ou d'autres formes d'agression, font peser sur les communications planétaires. Autres événements graves de l'année 1999, les occupations de locaux et les prises d'otages orchestrées par le PKK dans l'ensemble de l'Europe au lendemain de la capture de son leader Abdullah Öcalan.

Progression de l'extrême droite

Dominée par les skinheads, l'extrême droite a vu le nombre de ses membres s'accroître en 1999, essentiellement en Suisse alémanique; elle a également multiplié ses activités. Les quelque 600 à 700 skinheads qui constituent le noyau dur de cette mouvance possèdent d'excellents contacts à l'étranger. Par ailleurs, ces milieux se sont beaucoup rajeunis, puisqu'aujourd'hui bon nombre des skinheads suisses sont des mineurs. Enfin, les attaques contre les foyers de requérants d'asile ont accusé une sérieuse recrudescence (de trois en 1998, elles sont passées à onze l'année dernière).

Fragilité de l'infrastructure des communications mise en lumière par les systèmes d'écoute épiant la planète

Les nouvelles technologies de l'information et les réseaux de données qu'elles ont tracés sur la planète sont devenus d'immenses sources de renseignements non seulement pour les particuliers et les états, mais aussi pour les acteurs de l'espionnage économique et, plus particulièrement, de l'espionnage dit de la concurrence. Par "Communications Intelligence" (COMINT), on entend l'écoute clandestine par satellites ou par stations terrestres des télécommunications étrangères notamment, ainsi que leur traitement et leur transmission. Ce type d'espionnage ménagerait l'accès des milieux intéressés à des informations de nature politique, économique et scientifique à l'échelle mondiale. Cette écoute fait naître, en particulier pour Internet et le commerce électronique, des risques et dangers de type nouveau et sérieux pour la société de communication et d'information.

Engagement de l'armée nécessité par les actions du PKK et la crise au Kosovo

Quels sont les risques auxquels la sûreté intérieure est exposée aujourd'hui en Suisse? Les actes de violence et prises d'otages menées à l'échelle européenne consécutivement à l'arrestation du chef du PKK Abdullah Öcalan au Kenya en février 1999 en illustrent la réponse. L'intervention de l'état-major "Prise d'otage et chantage" du DFJP a permis de mettre un terme à toutes les occupations de locaux sans effusion de sang. La colère des Kurdes, qui s'est manifestée au moment de l'éclatement de la guerre au Kosovo, a mis l'accent sur le manque de ressources humaines du système policier suisse: les tâches de garde nécessitées par la conjonction des deux événements ont révélé les limites des polices cantonales et municipales, qui ont dû être secondées à titre subsidiaire par des contingents de l'armée.

Autres éclairages

La livraison 1999 met en lumière d'autres axes d'activités des organes chargés d'assurer la protection de l'état, tels que

  • la découverte d'une nouvelle affaire de trafic d'armes entre la Suisse et le Kosovo qui avait un rapport direct avec l'Armée de libération du Kosovo (UCK); 
  • la confirmation que les ramifications de la criminalité organisée à l'étranger touchent régulièrement la Suisse;
  • la vulnérabilité de la société de l'information, un thème actuel intéressant désormais la sûreté intérieure. La Police fédérale prend une part active au tout nouvel organisme créé dans ce contexte, la Fondation InfoSurance – Sécurité des infrastructures de l'information en Suisse.
     

Une base d'information et de contrôle politique

Le rapport sur la protection de l'état, qui cette année en est à sa cinquième livraison, s'appuie sur les informations réunies par la Police fédérale et les organes de police cantonaux et municipaux. Sa mission est d'informer conformément au mandat consigné dans la loi fédérale instituant des mesures visant au maintien de la sûreté intérieure (LMSI). Il vise à instaurer la transparence la plus grande possible à l'égard du Parlement et du public en ce qui concerne les activités des autorités chargées d'assurer la protection de l'état. Ce document brosse un tableau de la situation dans les domaines du terrorisme, de l'extrémisme violent, de l'espionnage, de la prolifération des armes de destruction massive et de la criminalité organisée.

Contact / renseignements
Communication et médias fedpol, T +41 58 463 13 10, Contact