Office fédéral de la police

Les "pilules thaïes" sont bien plus dangereuses que l'ecstasy

Leur consommation peut provoquer des pertes de mémoire.

Communiqués, fedpol, 17.03.2000

L'office fédéral de la police (OFP) met en garde contre les pilules en provenance de Thaïlande (appelées dans le milieu "amphétamines thaïes"), comme celles qui ont été saisies en grande quantité à Bienne par la police cantonale bernoise.

D'abord considérées comme des ecstasy, les analyses en laboratoire ont établi que ces pilules, saisies pour la première fois il y a deux ans, contenaient de la méthamphétamine, substance beaucoup plus puissante. En effet, la méthamphétamine présente un fort potentiel de dépendance, très rapidement dangereux pour le consommateur.

La consommation de ces tablettes n'est en aucun cas comparable avec celles d'ecstasy mais doit être rapprochée de l'abus extrêmement dangereux du crack (= cristaux de cocaïne). Les effets de ces pilules thaïes, qui présentent une forte odeur de vanille et qui sont plus petites que les tablettes conventionnelles d'ecstasy, peuvent être décrites comme suit:

  • c'est un excitant très puissant qui rend euphorique, augmente énormément l'attention, la confiance en soi et l'agressivité; de plus, il procure aux consommateurs un sentiment d'énergie débordante. 
  • l'abus chronique de ce stupéfiant provoque une nervosité permanente, une forte irritabilité et des hallucinations, qui ont comme résultat une soudaine et incalculable prédisposition à la violence. 
  • les effets ont une durée comprise entre 8 et 24 heures. 
  • la consommation engendre une perte d'appétit, des troubles de sommeil chroniques et finalement de graves et irréparables désordres psychiques accompagnés de dépressions. 
  • sur la base des connaissances médicales actuelles, l'abus de méthamphétamine peut provoquer une perte partielle ou complète de mémoire, et par conséquent une invalidité.
     

Les pilules thaïes se sont répandues durant les deux dernières années sur l'ensemble du territoire suisse. Le marché illégal en Suisse est énorme et on estime à ce jour que plusieurs centaines de milliers de pilules ont été écoulées. Ceci est également lié au fait que ces pilules sont moins chères que les ecstasy. Les consommateurs appartiennent à diverses classes d'âge et sociales.

Les "pilules thaïes"

Les "pilules thaïes"

Les "pilules thaïes"

Contact / renseignements
Communication et médias fedpol, T +41 58 463 13 10, Contact